Aiguille de Bionnassay, 4052m

Face NW

Le 16 et 17 Juin 2012, avec Sébastien Rey

Depuis Le Mont Lachat atteint avec le Tramway du Mont-Blanc ( St Gervais )

News

Retour

Cette belle face, imposante, que je vois chaque jour en ouvrant mes volets, me fait rêver depuis bien longtemps, cette face, mais aussi ce sommet, que je n'ai jamais foulé. Chaque année, je la surveille, pour être prêt, dès que les conditions le permettent, à tenter de la descendre à skis. Les conditions, me semblent bonnes à la jumelle, ce week-end, je suis dispo Samedi aprèm et Dimanche, c'est donc le créneau à na pas louper. Je contacte Sébastien, que je sais très motivé encore pour skier, et nous voilà dans le train du Mont-blanc, en direction du Mont Lachat, point de départ de notre ascension. Nous atteignons le refuge de Tête Rousse en 2h, 2h sous un soleil de plomb, mais le vent nous aide à monter sans trop en souffrir .

Depuis le refuge, avant d'aller se coucher, nous faisons un repérage de la face, et du glacier, afin, de ne pas se perdre cette nuit, au milieu des crevasses et des séracs. Photos dans l'APN, elles nous seront d'une grande utilité pour notre progression de demain .

Après une courte nuit, nous nous levons à 2h. Fin prêt à 3h, nous quittons le refuge à la lueur de nos lampes frontales .

Nous avons du mal, malgré notre repérage de la veille, à nous repérer sur le glacier, si bien qu'on perdra un peu de temps au milieu d'une zone de crevasses dans laquelle il nous faut trouver un passage .

Nous atteignons le pied de la face à 4h , il est maintenant temps de mettre les skis sur le dos et de sortir, crampons et piolets .

La progression est assez facile au début, puis vient plusieurs zones de glace ou il nous faudra jouer des pointes avant et reveiller nos mollets encore endormi .

Quelques crevasses à franchir, quelques gros séracs à contourner, et nous voici sous l'arête, de là, la progression est plus simple, nous n'avons plus qu'à suivre l'arête menant au sommet, que nous atteignons à 9h .

Nous sommes 4 au sommet, une autre cordée avec le même objectif est au sommet avec nous , ils nous avaient doublé durant l'ascension, au milieu de la face.

Nous échangeons avec Sébastien, nous premières impressions quant à la qualité de la neige et l'éventualité de la redescendre à skis.

Moi, je ne suis pas super confiant, la neige est très piégeuse, les appuis risques d'être aléatoire d'une zone à l'autre, bref, un skis un peu chaotique et périlleux . Sébastien est à peu près du même avis, une si belle face, si on ne prend pas plaisir à skier dedans, mieux vaut se la garder pour une autre fois, de plus, nous nous faisons étouffer par un épais nuage, avec beaucoup de vent, ce qui aura raison des derniers espoirs d'ensoleillement et de décaillage de la neige, qui aurait "peut-être" améliorer les conditions de neige. Nous nous décidons vite de choisir notre plan B, à savoir, de rejoindre le Dôme du Gouter pour redescendre par son arête N . Nous jouons les funambules sur cette arête très effilée, dans le brouillard et avec 1000m de vide de chaque coté !

Nous rejoignons le dôme du Gouter en 4h depuis le sommet de l'Aiguille du Gouter . Récit de la suite ICI

 

Y aura t-il une prochaine cette année ... ?

 

lolo2005 © Tous droits réservés